La spectrophotométrie de Kirlian.


La spectrophotométrie est une méthode de mesure de l'énergie de la matière vivante, de la bioénergie. Elle utilise l'émission d'électrons libres sous l'effet de l'excitation de la matière par un courant électrique approprié.
C'est en 1939, que des savants russes ont pour la première fois photographié cet aspect énergétique du corps vivant. Bien après d'Arsonval, au tout début de ce siècle, et même d'Urville au siècle dernier, les Kirlian ont mis au point un appareil utilisant les courants hautes fréquences. Voici la définition que donne un auteur, le Dr Lerner : " l'effet Kirlian est obtenu par des contraintes électriques auxquelles sont soumises les matières inertes ou vivantes à examiner. Ces contraintes produisent des fuites électriques ionisantes autour de l'objet exposé, capables d'impressionner une plaque photographique. "
Le premier travail effectué par les Kirlian, a été de photographier une feuille d'arbre à l'aide de leur dispositif. L'image spectro obtenue respecte les contours physiques de la feuille. Puis, il en ont coupé une limbe et soumis le reste à une nouvelle étude spectro. Ils se sont alors aperçus qu'il subsistait, pendant un certain temps après l'amputation, une image de la feuille totale, la partie correspondante à l'amputation ne disparaissant que progressivement dans le temps.
L'application de cette méthode d'étude au remède homéopathique a quant à elle, révélé un fait troublant : plus on dilue et dynamise une substance selon le procédé hahnemannien, plus l'image obtenue montre une couronne de radiation importante et de plus en plus homogène. L'autre surprise fut de s'apercevoir que si l'on dispose une goutte imprégnée d'une dilution-dynamisation homéopathique à côté d'une goutte d'eau non traitée, on obtient une image objectivant un transfert de la couronne radiante de la goutte de remède vers la goutte d'eau. C'est là la première corroboration du génie de Hahnemann qui l'avait conduit à écrire à propos de la dilution-dynamisation:
" … sous l'effet de cette transformation mécanique, à condition qu'elle ait été convenablement accomplie, la substance médicinale qui ne nous apparaît dans son état brut que comme une matière non médicinale, se subtilise et se transforme finalement complètement en une puissance médicinale spirituelle du fait de ces dynamisations de plus en plus élevées. … Cette remarquable transformation des propriétés des substances naturelles par un effet mécanique sur leurs plus petites parties, développe les forces dynamiques latentes enfouies en elles à l'état de sommeil qu'on n'avait pas soupçonné jusque là ; ces forces ont surtout une influence sur le principe vital, sur l'état de la vie animale. " (Organon de l'Art de Guérir, 6ème éd.,1984).

Etude Spectrophotométrique de gouttes de remèdes homéopathiques obtenues selon trois protocoles différents: dilution-dynamisation manuelle, dilution-dynamisation mécanique et simple dilution sans dynamisation.
Après ouverture de la fenêtre d'image, redimensionnez-la pour garder la légende accessible en lecture, puis fermez la fenêtre d'image, le texte restera à l'écran.

Image 1: spectrophotographie de gouttes de remède homéopathique, de la teinture mère à la 30CH. Vous pourrez noter l'organisation de plus en plus harmonieuse de la couronne radiante et l'accroissement de sa taille. Ici, les étapes de dilution-dynamisation ont été réalisées manuellement.

Image 2: même disposition que l'image 1, mais les étapes de dilution-dynamisation ont été réalisées par une machine. Notez que l'accroissement et l'ordonancement des couronnes est moindre qu'après une dilution-dynamisation manuelle.

Image 3: Ici, il n'y a que le processus de dilution, sans dynamisation. La différence est encore plus nette. De toute évidence, le processus de dynamisation a pour effet un accroissement de l'énergie interne de la goutte de remède.

Spectrophotographie Kirlian d'un patient.

L'image montre les fuites ionisantes ayant impressioné la plaque photo, avec en haut de l'image, les extrémités des doigts des mains, et en bas de l'image, celles des orteils. Notez la faible circulation énergétique au niveau des pieds, et l'absence d'imag autours de certains doigts.
L'étude des images spectro nécessite une formation particulière, afin d'en retirer toute la quintescence et d'aboutir à la possibilité d'un diagnostic, ce qui n'est pas le but de cet exposé. Il ne s'agit ici que de vous donner un aperçu des possibilités de certaines techniques d'investigation du domaine de l'énergie.

Retour