Présentation du Décodage Dentaire


Le Décodage Dentaire, méthode Christian Beyer©, est tout d'abord le fruit de vingt années de travail, animées par l'esprit de la recherche. Cette recherche n'aurait pu aboutir à ce qui vous est ici présenté, sans le travail de précurseurs et novateurs dont la liste exhaustive est impossible. Qu'ils soient tous ici et par ces mots, assurés de ma gratitude et de mon respect.

C'est par une manifestation étrange de la carie que l'histoire a commencé. Dès ma troisième année d'étude, les patients qui me furent confiés étaient porteurs d'une carie étrange: elle était symétrique ! Si une première molaire supérieure droite était atteinte en un point précis de sa face occlusale, la première molaire supérieure gauche se trouvait elle aussi touchée au même endroit de la même face. Il n'y avait qu'une différence de taille, donc de date d'apparition. Ainsi ai-je commencé à parler de caries mères et de caries filles… Bien entendu, la dynamique carieuse d'origine bactérienne se trouvait là devant de l'inexplicable. En effet, rien ne permet d'expliquer que les " microbes " sautent d'une dent à une autre sans passer par la voisine d'abord. La contagion semblait sélective !
A la recherche d'une explication, j'ai suivi le chemin des médecines dites parallèles voir des pratiques "hérétiques" aux yeux de la faculté. Je n'ai cependant jamais perdu de vue la santé dentaire qui restait l'ultime but et le seul moteur de cette aventure. Ainsi, le Décodage Dentaire est-il d'abord et avant tout fidèle à cette motivation : soigner la dent, non dans sa forme, mais dans ce qui s'y projette, ou encore dans ce à quoi elle semble intimement reliée. Car pour ce qui est de la forme, à partir de l'instant où une perte de substance intervient, rien ne remplacera jamais l'homme de l'Art. De même, le Décodage Dentaire ne s'oppose pas aux données de la science, mais les exploite en profondeur, synthétisant des domaines aussi variés que la médecine, la dentisterie, l'anthropologie, l'éthologie, les neurosciences, l'acupuncture, etc. Cette synthèse d'informations ayant pour conséquence de replacer la dent au sein de l'entité vivante nommée Etre humain, et non de la maintenir dans une zone quasi ex-corporée et porteuse d'un sens souvent invalidant.
Car si le Décodage Dentaire permet d'aider celui ou celle dont les dents manifestent une quelconque pathologie, il le fait en lui rendant la pleine responsabilité d'un niveau promptement délaissé : les émotions souffrances. Si le dentiste peut s'occuper (et il le fait) de nos dents sans notre aide (sinon celle de venir les lui apporter !), le Décodage Dentaire mène le patient à l'implication personnelle dans sa santé bucco-dentaire. Non en mettant en haut de l'affiche l'hygiène buccale ou alimentaire, mais celle de son cœur ! Depuis maintenant six années de pratique du Déco-dage Dentaire, je ne me souviens pas y avoir trouvé opposition, trahison ou incompatibilité avec ce que la faculté m'a enseigné, ni même avoir une seule fois prétendu que le contenu de cet enseignement était absurde ! Le Décodage Dentaire ouvre un triangle dynamique, en prenant place à un des sommets, que dentiste et patient complètent à merveille aux deux autres. C'est cette dynamique thérapeutique que ce site vous propose de découvrir.

Le Décodage Dentaire et le Décodage Biologique.

Le Décodage Biologique m'a apporté la mise en mots de la vision que je pressentais avec insistance, après avoir été moi-même malmené par la maladie. Il m'était finalement apparu comme évident que nos manifestations corporelles, donc biologiques, étaient l'ultime moyen pour l'être humain de solutionner une souffrance relationnelle. Et que, bien avant d'hériter d'un gène codant pour une pathologie médicale, organique, nous étions porteurs de mémoires comportementales, autrement dit de pathologies relationnelles humaines.
Je n'ai pas ici l'envie de polémiquer sur le décodage biologique et ce que l'intelligentsia tente d'en faire paraître. Pourtant, après six années de cette pratique au sein de la cavité buccale, et six années de recherche multidirectionnelles, il apparaît que le décodage biologique est une réalité manifestée par le corps et non hypothétiquement accouché par le mental. Le décodage biologique n'est rien d'autre que le résultat d'une démarche scientifique basée sur l'expérience. Sa validité est basée sur la seule architecture du système nerveux central, et à moins d'en être dépourvu, il est impossible (ou foncièrement hypocrite) de ne pas reconnaître que le décodage biologique en exploite simplement mais efficacement les lois de fonctionnement, les évidentes connexions et la nature même de sa dynamique.
A tout ceux qui ont eu à faire face au décès d'un des leurs, et qui ont attaqué le décodage biologique, ou à tout ceux qui ont utilisé ces décès pour mener une campagne violente contre cette spécialisation médi-cale, je vous invite à reconnaître une erreur de cible. Un généraliste sera attaqué pour faute professionnelle, mais la médecine n'y est pour rien, ici on attaque la technique en oubliant qu'il s'agissait peut-être de celui qui l'utilisait… On finira peut-être par interdire les véhicules Peugeot au prochain accident dans lequel une de leur voiture serait impliquée !!?
Par contre, il est, et il reste évident que l'on ne peut pas s'improviser médecin…

Ainsi donc, le Décodage Dentaire est-il une mise en place des lois révélées par le Décodage Biologique au sein de la cavité buccale, et ce pour chaque organe de cette cavité. Une dent étant appelée " organe dentaire ", il est donc évident que chaque dent réagira à des informations très précises et non à n'importe lesquelles. Ainsi, la notion de " stress émotionnel ", avancé comme étant à l'origine de nombreux troubles biologiques et/ou organiques, est ici mise en pleine lumière. L'avancée la plus remarquable étant l'ouverture de cette encyclopédie dont nous ne connaissions jusqu'ici que le titre. En effet, stress émotionnel se révèle comme le titre d'un ouvrage dont le nombre de pages semble infini. Il fallait bien qu'un jour on en commence la lecture…
Notre corps manifeste la vie au travers de sa capacité réactionnelle. La venue au monde, la mise en place au sein de la création, nous met sous l'action permanente de cet extérieur. Et l'on reconnaît le vivant par sa faculté spécifique à réagir. Une action de l'extérieur entraîne une réaction de la cellule vivante. Ainsi, l'augmentation de la température entraîne-t-elle la sudation, l'élévation en altitude l'augmentation du nombre des hématies, etc. La réaction de l'entité biologique, appelée cellule, ou de l'ensemble au sein duquel elles sont regroupées, nommé organe, n'attend pas notre intervention consciente. La cellule porte en elle, au sein de sa structure, un ensemble de modes réactionnels, appelés programmes, qui sont utilisés en fonction des informations lui arrivant de l'extérieur. Le biotope trouve ici sa pleine implication, et le milieu environnant sa toute puissance sur notre conditionnement existentiel. Le fonctionnement d'un organe assure toujours le maintien de l'équilibre de santé, c'est là son rôle fondamental. La cellule biologique réagira toujours pour assurer sa survie la seconde d'après, c'est là sa mission. Et pour ce faire, elle dispose en elle de programmes à même de lui permettre de modifier sa physiologie de base, comme un conducteur de voiture peut modifier le régime du moteur de sa voiture en appuyant sur l'accélérateur ou en changeant de vitesses… Pourtant, toute modification de ce mode de conduite répond avant tout à des réactions nécessaires vis-à-vis de l'extérieur et de ce qui s'y passe…
Notre système biologique est avant tout géré par le Tronc Cérébral et par le système neurovégétatif. Cette gestion ne dépend pas de notre décision ni de notre attention. Il y a là, le registre des instincts de survie. Le développement du monde vivant a depuis toujours été mu par la formidable pulsion de vie, et donc de survie. Des systèmes de plus en plus complexes sont apparus pour affiner leurs modes réactionnels et les diversifier. Le cervelet est ainsi en charge, au moyen de toutes ses structures, de percevoir l'extérieur au travers de vibrations pré manifestées. C'est un langage silencieux d'un point de vue sonore, mais efficace pour le système réactionnel. Les animaux sont ainsi capables de percevoir des émanations subtiles informatives afin de provoquer des réactions salvatrices avant qu'il ne soit trop tard. C'est pour ainsi dire, la mise en relation de l'intention… L'être humain a, quant à lui, reçu un système supplémentaire, hypertrophié, solution parfaite de survie : le cortex. Extraordinaire système radar tourné vers l'extérieur, il filtre en permanence les informations qui en émanent afin de provoquer la réaction ad hoc, celle qui nous fera survivre. Mais une propriété émergente y a pris corps : le langage verbal, permettant un nouveau mode relationnel intra espèce et à l'origine de nouvelles problématiques à résoudre : la relation humaine. Le cortex n'est pas à l'origine en charge des fonctionnements de l'organisme humain, puisque le corps existe et réagit AVANT que ne soit fonctionnel ce système cortical. Pourtant, de par sa structure et ses liens avec le système nerveux central, notamment via le thalamus et l'hypothalamus, il peut y avoir un effet dit feed back. Ainsi, une pensée va-t-elle générer un état émotionnel que le corps va recevoir comme information venant de l'extérieur. Il s'agit d'une pensée, donc de virtuel, d'imaginaire, mais les effets provoqués font que la biologie y réagit COMME SI c'était vrai. Voilà l'importance de la santé de nos pensées, et celle de la santé de nos émotions. Purifier son esprit n'est pas au bout d'une alimentation biologique… Mais d'une pensée en harmonie avec la Vie !

Pour continuer à découvrir le Décodage Dentaire, vous pouvez main-tenant cliquer sur le lien correspondant à votre situation. Les textes à suivre ont pour but de vous montrer que le Décodage Dentaire est un outil multifonctionnel, et qu'il peut répondre à toutes les situations, et à toutes les demandes… Et surtout, que vous n'avez nullement besoin d'être dentiste ou "savant" pour vous laisser porter ou simplement toucher par son essence vivante… Il ne s'agit pas d'un dogme, ni seulement d'une science, mais d'un chemin à travers le vivant, une rencontre de l'Etre humain…